Acquise par le département de l’Isère en 2001, « Les Ombrages » (aujourd’hui la Maison Champollion) a ouvert pour la première fois ses portes au public le 5 septembre 2004 à l’occasion du neuvième Congrès International d’Egyptologie.

Ouverte exceptionnellement jusqu’au 19 septembre 2005, l’ancienne propriété des frères Champollion a reçu en un an près de 45 000 visiteurs.

Ce succès tient à la force du lieu, au cadre exceptionnel et à son authenticité préservée par la famille qui s’est transmise ce patrimoine de génération en génération.

Cette élégante maison de maître, agrémentée d’un vaste parc, a été la propriété de l’épouse de Jacques-Joseph Champollion-Figeac, Zoé Berriat, qui la reçut en dot en 1807. Jean-François Champollion venait y séjourner aux beaux jours, sous « les frais ombrages de Vif ».

La propriété est restée intacte depuis le XIXe siècle. Le mobilier, les tableaux de famille, les objets de la vie quotidienne, sans oublier les soixante volumes de manuscrits du déchiffreur des hiéroglyphes… tout évoque ici le souvenir de Jacques-Joseph et Jean-François Champollion. D’ailleurs, on peut encore lire des vestiges de hiéroglyphes gravés dans les poutres de la chambre de ce-dernier.

Aujourd’hui, le site est fermé au public. Le département de l’Isère, porteur du projet et propriétaire, effectue les travaux nécessaires de mise en conformité et d’aménagements définitifs d’un futur musée.

Au centre-ville, un parcours permet aux promeneurs de découvrir plusieurs lieux où les frères Champollion et la famille Berriat ont laissé leur empreinte, notamment :

La maison dite du Prieuré, où l’égyptologue fit ouvrir une des toutes premières écoles d’enseignement mutuel de France ;  l’ancienne maison commune de la place Berriat ;  l’immeuble des Ursulines, transformé en moulinage de soie par Sébastien Berriat, puis en Hôtel de Ville par Aimé Champollion-Figeac ; la vieille demeure où fut hébergée Hermine Hartleben, première grande biographe de Jean-François Champollion ; le vieux cimetière qui renferme les tombes de contemporains de l’égyptologue et de plusieurs descendants de Jacques-Joseph Champollion-Figeac.